Conclusion

 

Grâce à la loi Léonetti les patients bénéficient d’un meilleur soutien même si l’euthanasie active n’est pas autorisée. Il a fallu que deux témoignages poignants, tels que celui de Vincent Humbert et Chantal Sébire, éclatent au grand jour pour faire réagir la société sur ce problème.

De plus, en ce qui concerne la religion, à l’exception des protestants, l’euthanasie n’est pas autorisée. En réalité, nous ne pouvons avoir un avis bien tranché sur le sujet, il suffirait peut-être de voir du cas par cas. « Comment voulez-vous qu'un texte recense tous les cas de fin de vie? », dit ainsi Sarkozy.La question de l’euthanasie fut posée tardivement  et c’est seulement en 1991 que le 1er diplôme de soins palliatifs fut donné. Le dilemme se pose ainsi sur l’euthanasie passive et sur l’acharnement thérapeutique. En effet, même si les médecins n’ont pas le droit « moral » de donner la mort à un patient délibérément, les personnes en faveur de l’euthanasie se demandent  « ont-ils le droit de forcer le patient à vivre ?». 

Si des lois ne sont pas votées, c'est principalement à cause de la peur de dérives possibles.

  

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×